Fin du plug-in Java et émulation 3270 : quelles alternatives pour accéder aux applications mainframe ?

L’arrêt programmé par Oracle du support de son plug-in Java, connu entre autres pour ses défaillances en matière de sécurité au sein des navigateurs, semble préfigurer la fin de l’émulation 3270 comme moyen privilégié d’accéder aux applications mainframe. Quelles sont donc les alternatives ?

La disparition du plug-in Java a un impact sur l'émulation 3270

Oracle déprécie le plug-in Java et prépare sa disparition

Oracle (qui a acquis Java en 2010 lors du rachat de Sun Microsystems) va bientôt abandonner son tant décrié plug-in Java pour navigateurs web : il devrait effectivement complètement disparaître de la nouvelle version de Java SE.
Oracle est d’ailleurs un peu en retard : Chrome a déjà dévalorisé le plug-in en avril 2015, et Firefox annonce l’opération pour octobre 2016. Le nouveau navigateur web Microsoft Edge adoptera la même stratégie.

Pourtant prévu depuis plusieurs mois, ce tournant technologique n’a été que très peu anticipé par les grandes entreprises et gouvernements. En effet, beaucoup de DSI ont préféré ignorer le sujet et continuent d’utiliser les applets Java intégrées aux navigateurs pour accéder à leurs applications legacy, cœur de leur logique métier.

Quel impact au quotidien pour l’utilisateur ?

Auparavant, ces applications mainframe 3270 (CICS, IMS, TSO, Natural…) étaient accédées via des solutions d’émulation spécifiques dites « client lourd », technologie de moins en moins en phase avec la révolution Internet (navigateur universel, BYOD, VDI…).

Aujourd’hui, une grande majorité des solutions d’émulation 3270 sur le marché s’appuie sur le plug-in Java; il tombe dès lors sous le sens que des milliers (voire plutôt des dizaines de milliers !) d’utilisateurs vont devoir changer leur mode d’accès aux applications hébergées sur le mainframe.

Quelles solutions adopter pour contourner ce problème ?

Bien sûr, certains émulateurs sur serveurs déportés résolvent cette problématique Java, mais le choix d’un serveur tiers présente des inconvénients certains :

  • coûts d’exploitation et ressources humaines associées,
  • latence,
  • duplication de code,
  • brèches de sécurité – SPOF (Single Point Of Failure)
  • nécéssité d’un accès VPN,

De fait, une majorité de Grands Comptes IBM se tournent vers des alternatives pérennes « client léger », utilisables par tout navigateur compatible JavaScript (soit l’ensemble des navigateurs web du marché), respectant ainsi les nouveaux standards de la technologie et du web. Cerise sur le gâteau, ces solutions permettent de s’affranchir des contraintes VPN ainsi que, dans un grand nombre de cas, de la maintenance d’outils multi-session host.

Virtel Web Access, la solution idéale pour remplacer l’émulation 3270

Construit autour de cette philisophie « client léger », Virtel est compatible avec tous les navigateurs web, sur toutes les plateformes (y compris les appareils mobiles) et tous les systèmes d’exploitation. Virtel agit comme une passerelle d’accès aux applications 3270 universelle, le plus court chemin entre les applications mainframe et les navigateurs web, tout en assurant un très haut niveau de sécurité et une gestion fine des connexions en parallèle.

Virtel propose également toute l’infrastructure et les outils nécessaires à la modernisation des écrans 3270, de façon à les transformer en interfaces web graphiques plus conviviales et intuituves, sans aucune altération du code applicatif source.