Accéder aux applications mainframe, une étape nécessaire mais pas suffisante

De nombreux facteurs tels que la mobilité et le e-commerce sont autant de causes qui poussent les DSI à ouvrir les applications mainframe vers de nouveaux accès. Pour autant, les dernières évolutions amenées principalement par la révolution Cloud nous amènent à penser que cette ouverture est une étape nécessaire, mais pas suffisante.

Ouvrir les applications mainframe, une première étape

Le mainframe a fêté cette année ses 50 ans d’existence et, malgré des assauts répétés (client/serveur, web, etc.), il représente encore une part significative du commerce numérique, les Fortune 500 l’utilisant encore largement au sein de leur système d’information. Les raisons de ce succès sont liées à la solidité de la plate-forme, sa capacité éprouvée à supporter de fortes charges, et un large écosystème bâti tout au long de ces nombreuses années (même si des problèmes de compétence commencent à surgir).

Cependant, cette architecture sur laquelle les entreprises ont investi des sommes considérables ne permet pas d’offrir un accès universel, puisque basée sur des technologies anciennes. Les directions informatiques vont donc mettre en place des solutions offrant un dialogue entre les terminaux modernes et universels (navigateurs web, terminaux mobiles, etc.) et l’ensemble des applications mainframe. Bien entendu, ces solutions devront faire en sorte d’optimiser les investissements passés sans être intrusives, il faudra donc adapter les applications accédées sans remettre en cause le retour sur investissement (ROI).

Les solutions devront naturellement respecter les normes de sécurité mises en place et les procédures de mise en production (contrôle de version, administration) afin d’accéder aux applications mainframe à partir de multiples canaux, qu’il s’agisse de navigateurs Web (Internet et/ou Intranet) ou de terminaux mobiles. Par conséquent, la population utilisatrice sera plus étendue, revalorisant ainsi le patrimoine applicatif.
Grâce à des technologies comme le HTML5 et  le Responsive Design, l’accès aux applications sera uniformisé quel que soit le terminal utilisé : la présentation sera automatiquement adaptée en fonction des caractéristiques du terminal… Nous sommes bien loin des restrictions imposées par le « standard » 3270 !

Connecter les applications mainframe, une étape souvent oubliée

Si fournir un accès universel aux applications mainframe est une avancée technologique importante et non négligeable, on oublie souvent que ceci n’est qu’un aspect de la problématique. En effet, l’époque où le système d’information n’était composé que du mainframe à proprement parler est aujourd’hui révolue.

Depuis l’apparition des systèmes distribués et, plus récemment, du Cloud Computing, le système d’information est maintenant hétérogène et le parc applicatif est réparti entre les différents environnements qui le composent, même si le mainframe a conservé une place prépondérante dans ce nouvel écosystème. Les services fonctionnels sont donc désormais répartis entre les différents systèmes, et les applications ne sont plus monolithiques : elles doivent donc communiquer entre elles, sachant que la répartition entre les systèmes sera d’ordre fonctionnel.

Appliqué au périmètre mainframe, ces applications métier doivent donc être capables d’utiliser les services applicatifs de systèmes externes, c’est à dire distribués et/ou Cloud. C’est ici que le problème principal apparait : en effet, les pratiques et compétences entre ces deux mondes sont complètement différentes… L’interaction entre ces deux types d’application est donc un véritable défi à relever et les solutions d’intégration devront prendre cela en compte.

De la même manière que la conversion des anciens flux (3270, COBOL) vers les nouveaux (HTML, SOAP, JSON, XML) a permis aux nouvelles solutions d’accéder aux applications mainframe à partir de n’importe quel terminal, l’intégration de ces nouveaux services ne pourra se faire que par une conversion des nouveaux flux (HTML, SOAP, JSON, XML) vers les anciens (3270, COBOL).
Grâce à cette nouvelle génération de solutions d’intégration, les applications mainframe sont maintenant intégrées d’une manière naturelle dans les systèmes d’information modernes.

Vers une nouvelle jeunesse des applications mainframe

L’avènement de cette nouvelle génération de solutions va ouvrir de nouvelles perspectives pour les systèmes mainframe. En effet, auparavant cantonnés aux ressources disponibles sur le mainframe, l’accès aux ressources externes de manière productive permet d’envisager des évolutions fonctionnelles : une nouvelle jeunesse pour les applications mainframe !